• Pour terminer ce séjour en terre basque, je tiens à vous présenter un objet qui m'est précieux, typiquement basque, et qu'avait fait faire mon père. Il trône en bonne place au dessus de la télévision. C'est un Makhila d'honneur. Ma petite mère me l'avait donné quand je me suis installée à Bayonne.

    Le voici

    DSC02286

    Bâton de marche mais aussi arme redoutable, c'est un véritable objet d'art témoin de la culture basque, utilisé de tous temps par les bergers basques. Il est fabriqué en bois de néflier, choisi pour sa solidité, soigneusement sélectionné. L'artisan commence à faire les scarifications, qui seront les dessins d'ornement de la tige, sur l'arbre lui-même, avant même de couper la branche, au printemps. Lorsque la branche est coupée, elle est séchée et décorée en atelier. Chaque bâton est unique, adapté à la taille de la personne à laquelle il est destiné, et orné selon le choix du destinataire. Mais mieux que je ne saurai le faire, malgré toute l'admiration que j'ai pour ce magnifique objet, voyez les explications données sur le site de l'atelier Ainciart-Bergara à Larresore, d'où vient d'ailleurs le makhila que j'ai chez moi. C'est le meilleur des rares ateliers qui en fabriquent encore. Les explications sont très simples et le résultat est ... magnifique ! Voyez plutôt les détails.

    Le trèfle qui assure l'accroche dans le sol, dont la virole est en argent ciselé et gravé et sur laquelle figure la signature de l'artisan

    DSC02287

    La tige du bâton travaillée

    DSC02288

    Le fourreau, en cuir tressé

    DSC02289

    La dragonne de cuir tressé que l'on peut passer autour du poignet

    DSC02291

    Le pommeau en argent sur lequel sont gravées, sur le dessus, les initiales de mon père,  un A et un V entrelacés, et une devise en basque sur le pourtour, en l'occurrence ici on peut lire : "Urbiltzen dena xistatzen da" (prononcer : ourbiltssen déna chichtatssen da) ce qui veut dire : Qui s'y frotte s'y pique. Et il y a également  son nom de famille et son prénom.

    DSC02290

    Mon père avait choisi cette devise car, quand on dévisse le pommeau, voici l'arme en question ! Les bergers s'en servaient pour se défendre contre les animaux sauvages dans la montagne.

    DSC02294

    La virole de la pointe, en argent toujours

    DSC02295

    Et la pointe elle-même, en acier. Redoutable !

    DSC02296

    N'est-ce pas un magnifique objet ? Il est fabriqué aussi de façon plus simple avec un pommeau en corne et les viroles sont en laiton ou en maillechort (alliage de cuivre, nickel et zinc d'aspect argenté). Celui en argent est souvent offert à une personne pour l'honorer.


    16 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires